Rando pédestre

Dimanche 25 juillet, montée sans à pic au pic du Mont

7 randonneurs inscrits mais 5 présents, suite à des contrariétés logistiques : nous n’avons contribué que d’une seule voiture à l’engorgement estival du Chiroulet. 7 canes au garde à vue sur le lac d’Ourrec, occupées à narguer les pêcheurs du dimanche. Temps de début de printemps, mais ambiance cordiale parmi notre escouade de lève-tôt. Nous avons enchaîné sans difficulté (1012 m D+, 16 km, IBP 115) un bain de foule dans la brume à la hourquette d’Ouscouaou, le pic de Barran (1982 m) et le pic du Mont (2003 m), merveilleux belvédère sur… pas grand-chose cette fois-ci, mais on reviendra à l’automne pour profiter de la vue ! A Bagnères, le temps était plus dégagé, et les rafraîchissements servis au jardin par les nymphes de la source thermale. Philippe D

Jeudi 22 Juillet 2021 Pic des Cristayets

Ce beau sommet dont les faces redressées le rendent peu fréquenté est réservé aux randonneurs bien que son cheminement soit sans embûches car les longueurs sont assez conséquentes et l’absence de réel sentier lui donne un coté montagnard. De plus l’approche se déroule dans un terrain sauvage, rares cairns, peu de chance d’y trouver du monde, nous étions seuls au sommet, c’est parfait pour nous. Haut belvédère il domine de façon vertigineuse la moraine de La Pacca (ph 3) et ce qu’il reste du glacier de las Néous (des neiges) au pied du majestueux Balaîtous (ph 4).. Vues surprenantes également sur son voisin le pic Soulano également peu visité et un peu plus technique, point de départ de la fameuse Crête du Diable (ph 2) qu’Olivier classait comme «La plus belle et élégante crête de toutes les Pyrénées» avec ses fines dentelures noires dénommées Pointe Lucifer, Cornes de Satan, Canine et autre Trident du Diable … , le décors est planté et ça donne effectivement envie … on laisse ce loisir à nos amis section alpi. Nous continuerons d’explorer ces nombreux sommets secrets et sauvages donc ignorés de beaucoup, à chacun ses plaisirs. Jean Luc

Mardi 20 Juillet , rando GR2 Soussouéou

10 randonneurs se sont lancés à la fraîche dans le bois du vallon de Soussouéou vers les cabanes de Césy , avec passage par la variante de la corniche ( passages aériens , mais très sécurisés ) Découverte du tracé de conduite du captage d’eau du lac d’Artouste vers Laruns et ses fenêtres dans la roche .Le ciel bleu nous a accompagné dans la grimpette entre les pics Césy et Arcizette, sous une grosse chaleur. Au col , le ciel se noircissait de plus en plus vers le pic d’Ossau , ce qui a accéléré notre retour aux voitures et évité d’être moulliés.
Xavier

Mardi 20 Juillet 2021 : le GR1 au  Pic dArre Sourins

  Aujourd’hui le GR1 était en  effectif réduit , mais en cette période de vacances c’est compreensif. Les 7 participants  avaient comme objectif le Pic d’Arre Sourins ,partis de la station de Gourette  la montée s’est fait sur le GR10 jusqu’à la bifurcation (1700m ) ensuite nous suivons  le  sentier  en direction du Lac dUzious  et de Lavedan (balisage jaune )   en passant par l’ancienne conduite forcée . Depuis  Lac  du Lavedan  le contourner par la droite,suivre le balisage Jaune, et continuer plein Ouest vers la Hourquette d’Arre .Le sentier rejoins le GR10  juste avant d’atteindre une ancienne cabane. Rester sur le sentier balisé Jaune  qui monte dans les éboulis pour atteindre la crête puis le sommet (2614m). Il  n’est  que midi, un peu tôt  pour le pique nique. Nous avons Décidé de continuer sur la crête  vers l’Ouest  . Crête un peu aérienne mais sans difficulté par beau temps. Pause déjeuner à la brèche  située  juste avant  La Pène- Blaque. Puis descente  vers la station dans un  couloir raide . Un lointain coup de tonnerre et quelques gouttes de pluie  ,qui ont eu le temps de sécher avant l’arrivée au parking  Elvira       
 

Dimanche 18 juillet 2021 Les crêtes d’Eres Lagues

Notre rando plein Sud au soleil et sans une ombre a débuté par un bon sentier montant à flanc à travers pâturages, troupeaux et cabanes pour atteindre le col de la Coume de Port. Restait à gravir la crête pour atteindre notre premier sommet des Tuques de Roque et de continuer type montagnes russes pour enquiller le pic de Domy, celui de Maillabec et de Manaout avec quelques escarpements intéressants pour améliorer le cheminement. Casse croûte amélioré au sommet, puis, repus et assagis par les beaux panoramas du Jaut à l'Arbizon et des Enfers au Néouvielle, on est rentré par Eres Lagues, sentiers et traverses au milieu de champs d'iris pour regagner nos véhicules en circuit.

En peu de temps, au nom de Pyrénéa, j'ai eu le plaisir d'accueillir Marie-Ange, Yves, Marie puis Bénédicte, et aujourd'hui un second Yves a participé à la rando avec longueurs et dénivelé non négligeables, visiblement ravi il reviendra on l'espère, bienvenue à lui. (photos de Francis) Jean Luc

Vendredi 16 juillet 2021 le pic des Monges

Drôle de nom pour ce sommet …. Et pourtant on le trouve pour un lac et un pic des Alpes, et plus prés de nous avec un autre pic en vallée de BoÏ en Catalogne, nombreux noms de famille, station de métro à Paris ….étymologie signifierai Moines.

Pour le gravir pas trop le choix tant les alentours sont rébarbatifs, un versant Nord escarpé ou pas un isard aime aller. Plus impressionnant encore coté Ouest et son voisin le pic Fanlou ou notre section alpi ne s'y risquerait pas tant la roche est pourrie, et coté Est c'est guère mieux avec de la roche instable et broussaille désagréable vers le Petit et Grand Arroubert faisables mais malcommodes et sans aucun charme. Un circuit partiel était possible avec de délicates désescalades exposées, idéales si on veut y amener des gens désagréables .. c'est surtout sans aucun intérêt.

Donc, aller / retour versant Sud, itinéraire plaisant et beau, très peu de bois puis soleil généreux toute la journée, pelouses copieusement fleuries, lacs et laquet, sentiers confortables et bien entendu un peu de cheminement sauvage afin de chercher les passages de moindre opposition, le tout sur une bonne montée régulière sans palier. Groupe réduit, compact et dynamique comme il se doit pour ce type de course (photos de Francis)  Jean Luc

Mercredi 14 Juillet 2021 Castet Sarradis et le Pla de las Pénès

Chaque vallée a ses particularités … celle de Campan se distingue entre autre par ses Sarrats = Serres en Béarn = crêtes ; ses canaux d'irrigations (rigole de Cazalet, canal St Paul …) ; ses leytés, également orthographié lèités, venant du mot gascon lèit = lait, et qui sont des petits abris de pierres érigés sur un cours d'eau ou une source fraiche et servant à conserver les cruches de lait et le  beurre de Campan qui était très renommé ; on y trouve même des puits à glaces creusés à cet effet, Ordincède, ou on y portait et on tassait la neige de l'hiver afin de fabriquer des pains de glaces dont le surplus était acheminé l'été à Bagnères de Bigorre pour y être revendu pour la conservation des aliments. Egalement ses granges à redans, sortes d'escaliers en partie haute des murs pignons et servant à l'évacuation de l'eau de pluie et accessoirement à l'entretien des toits …. Tout ce riche patrimoine a été visité au début de notre rando au beau Courtaou des Esclozes récemment rénové dans la plus pure tradition par des bénévoles locaux (Courtaou = hameau de granges, sorte de village d'estives) , et ensuite fini le tourisme avec reprise de la ligne de crête et grimpette, pour atteindre le sommet de Castet Sarradis = Château du Sarrat, donc de la crête, et effectivement quelques rochers y évoquent un vestige de forteresse… puis traversée à flanc pour atteindre le Pla de las Pénès, point haut de notre rando, lieu de notre repas amélioré de quelques friandises partagées, puis on a dévalé l'agréable crête NE afin de boucler notre circuit.

La montée s'est faite sous un ciel dégagé (photos), la descente en partie au radar de vaches en chèvres et de chevaux en brebis mais sans une seule goutte.

Bienvenue à Bénédicte, qui deviendra on l'espère nouvelle adhérente, et pas uniquement pour ses canelés aux …. vous aviez qu'a venir !, qui s'est jointe avec entrain à notre petit bataillon, et qui à la bonne cadence a participé à notre défilé du 14 juillet sur nos Champs pas Elysées. Jean Luc

Dimanche 11 juillet 2021 le Pic Mardas et le Montagnon d’Iseye

Souvent c'est le nom du plus haut sommet du massif que l'on retient en mémoire …. souvent mais pas ici car le nom Mardas 2188 est éclipsé par la renommée du Montagnon d'Iseye 2173. En réalité ce n'est pas ces sommets qui font le prestige des lieux mais plutôt le célèbre lac en forme de cœur lové au pied de leurs parois. Plusieurs solutions pour y parvenir, et c'est la plus belle et spectaculaire mais aussi la plus difficile que nous avons réalisé. Départ de Goust, sentier peu parcouru rive gauche qui débouche au Fond de Besse, fait suite les agréables verts pâturages fleuris (merci à Nicole qui nous a renseigné) et sans intermède une rude montée à travers les redoutables pentes Est, souvent sans sentiers, pour atteindre le beau plateau supérieur. Pour corser l'affaire une impitoyable canicule sans le moindre souffle d'air qui ont laissé des marques mais après un peu de repos, et re motivation des troupes, le groupe est arrivé au lac comme prévu. Restait à gravir les deux sommets par la ligne de crête offrant des vues étendues du pays Basque au Bigorre et autres Vignemale (option retenue par plusieurs). Puis casse croûte commun sur le ventricule droit du lac, descente par le goulet de l'Escala (échelle), puis la sympathique crête de Besse avant de revenir aux voitures par le sentier confortable du tour de la vallée d'Ossau.

Petit rappel pour tous : même en montagne il convient de respecter les règles de bonne conduite, et la priorité à droite est de rigueur. Une terrible collision fut évitée de justesse quand Mad…., pourtant expérimentée, refusa le passage à un gentil chevreuil qui gambadait tranquillement ! Jean Luc

Vendredi 9 juillet 2021 le Pic d’Anchet

Le pic d’Anchet est visiblement peu fréquenté … est-ce le dénivelé ? Ou bien les derniers mètres un tantinet aériens ? Allez savoir ! Et tant mieux pour nous car ce pic offre des belles vues sur de multiples sommets (Colarada, Visaurin, Garganta …) et une particulièrement insoupçonnée sur Lescun et son cirque. Départ du village de Cette en vallée d’Aspe par un bon sentier montant à travers pâturages et un peu de bois en passant par les cabanes de Lhèze et de Narbèze, ensuite grimpette au sommet ou le casse croûte fut partagé puis retour par les crêtes d’Era Pou. Le sentier de Pédain étant devenu malcommode depuis un éboulement et celui de Sargun bien protégé par un patou et son troupeau on a utilisé une 3ème solution par celui de Minvielle et des prises d’eau. Arlette, régionale de l’étape, est enfin montée au sommet et Marie nouvelle adhérente s’est distinguée par la 1er au sommet et ses cookies maison particulièrement appréciés. Pas un nuage pour décorer le ciel, chaleur de juillet, iris, bonne ambiance et rythme soutenu… Jean Luc

Jeudi 8 juillet le GR1 au pic de Gourguet

Un peu de crachin en passant à Lourdes, du beau ciel bleu au fond de la vallée vers Gavarnie, qu’allait nous réserver le temps de cette journée, pas terrible selon les prévisions météo. Nous sommes donc partis , 9 randonneurs, vers notre but, le  pic de Gourguet, avec la crainte de voir les sommets cachés durablement dans brume.  Au fur et à mesure de la montée du superbe vallon d’ Aygues Cluses, tout en fleurs et eaux jaillissantes, le plafond de nuages à fait comme nous , il est également monté pour se stabiliser et s’ouvrir au dessus de tous les pics environnants. Après une pose à la cabane et avoir découvert la construction du nouveau et futur refuge d’Aygues Cluses de 35 places tout en bois et en pierre, beau et bien intégré au site nous avons repris notre course vers le sommet.  Le pic de Gourguet, facilement accessible, tout en courbes  douces avec très peu de rochers,  contraste avec les pics environnants, , il n’a pas la rudesse de ses voisins  formés de cailloux, gros  blocs enchevêtrés et arêtes découpés, et c’est sur cet agréable promontoire ensoleillé et bien placé entre Bastan  et Aygues Cluses que nous avons passés l’agréable moment de notre pique -nique. Mais la rando était loin d’être finie pour notre retour par le col de Tracens de l’autre coté des lacs de Madamète et là, pour y arriver en hors sentiers, nous en avons eu des cailloux, un peu trop au goût de certain qui préfère la neige… En traversant champs de blocs, pentes herbeuses aux magnifiques massifs de rhododendrons, contournement des superbes lacs, nous sommes arrivés au raide col de Tracens, joli passage  entre Aygues cluses et  le secteur Dets Coubous. Nous avons repris notre descente sur le chemin qui serpente  dans de beaux paysages lacustres bordés de fleurs et de bosquets de pins à crochets. Le plafond de nuages à fait comme nous, il est descendu  gentiment  sans nous dépasser  pour ne pas gâcher toutes les belles images des paysages découverts tout au long notre belle rando sportive. Paul

RSS
Follow by Email
Facebook
Instagram
Retour haut de page